660 résultats trouvés

par Antoine
10 mai 2017, 10:47
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Devant cet épineux problème, il vous faut vous décider. Certains d'entre vous se lancent, espérant passer au bon moment et être suffisamment leste pour éviter les balanciers mortels. Jhörgan, Hamber, Méliane et Elder choisissent cette approche, faisant confiance à leur souplesse. D'autres préfèrent observer avec attention le mouvement régulier et après une bonne minute à balancer la tête au rythme les lames, se propulsent comme des diables sur ressort. C'est le cas de Pwyll et Harbek.

Elder, muni de son chapeau, après moins de trois secondes d'hésitation saute. Et HOP, le voilà de l'autre côté, sur le péron, sous le balcon du premier étage. Muni de son plus radieux sourire, il fait signe aux autres de le rejoindre !
Jhörgan, confiant, se lance. SCHLAK ! Son bond est trop court et le gros balancier le percute. Si le tranchant des lames n'atteint pas la peau du paladin équipé de son armure métallique, la violence du coup est inouïe.
Harbek est tout de suite refroidi, si l'on puis dire, par ce qu'il vient de voir. Ça n'a pas l'air si simple, et plutôt que de se lancer immédiatement, prend le temps d'observer le mouvement régulier. Pwyll commente lui-aussi qu'il vaudrait mieux réfléchir plutôt que foncer comme l'a (encore) fait Jhörgan. Voilà les têtes du nain et du guerrier qui dodelinent en rythme. Harbek fait un pas en cadence, puis en second, puis un saut. Qui s'achève également dans la douleur.
Pwyll ne se laisse pas désarçonner et sans casser son rythme suit les pas de Harbek, espérant tout de même avoir plus de chance que son compagnon… Mais en vain, les cruelles lames le percutent au niveau de la cheville.
Si Hamber, pourtant hésitant, réussi miraculeusement à traverser le piège mortel dressé par la maison, ce n'est ni le cas de Méliane et Tralar qui fermaient la marche. SCRATCH, ZLIIIIP…

Malgré les blessures, vous êtes enfin sortis de cette maison maudite, hantée par les souvenirs des enfants innocents et par celui de cultistes dérangés.

► Afficher le texte
par Antoine
10 mai 2017, 10:12
Forum : Partie 19
Sujet : [Chapitre Arthur] Ignorance
Réponses : 29
Vues : 283

Re: [Chapitre Arthur] Ignorance

« Tu veux dire, d'accepter le cycle ? » répond au tac au tac Arthur, qui ne lève pas un seul sourcil malgré l’incongruité de la situation.
par Antoine
06 mai 2017, 19:22
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Les coups que vous portez aux rats et les sorts qui en gèlent encore quelques uns ont raison de la multitude. Les rats, comme mus d'un pouvoir de décision unique, lâchent leur prise, tombent à terre et se dispersent en se faufilant. Certains des fuyards ne peuvent éviter les coups que vous faites pleuvoir lorsqu'ils se glissent entre vos jambes. Mais les autres disparaissent dans des trous dans les murs, dans les pièces voisines et grimpent sur les meubles, se glissant dans les interstices.

Reprenant vos esprits, vous enjoignez le lieutenant Hamber a vous rejoindre. Quelques secondes vous vous demandez s'il est prudent de lui faire détruire un mur, craignant qu'une nouvelle horde de rongeurs vous tombe dessus, mais finalement, il décide de passer au travers des lames. « Et……… HOP ! » et le lieutenant Hamber vous a rejoint, évitant les lames tranchantes.
Félicitant encore l'homme et son courage, vous empruntez le passage secret pour redescendre au deuxième étage. Vous empruntez le large escalier de marbre rouge. Vous n'en voyez la couleur cependant qu'à la lueur de vos boucliers rendus lumineux par les tours d'Elder : la maison, maintenant que ses volets se sont tous refermés et murés, est aussi sombres que les souterrain que vous avez exploré et que vous venez de quitter.

Dans les escaliers, le lieutenant vous raconte qu'il a fait semblant de jouer à la poupée avec les enfants. Le cœur n'y était pas vraiment. Il prend l'exemple de gros matou qui s'endort sur notre poitrine alors qu'on est couché sur notre paillasse. On est à la fois content qu'il nous ait choisi, et pourtant on redoute le moment où on va faire mine de se lever, craignant le coup de griffe. C'est dans cet état d'esprit qu'il a joué à la poupée. Très amusant. Puis, les enfants ont tous les deux regardé au sol, en poussant un petit cri de surprise, puis, ils se sont évanouis dans l'air. La lumière est devenue différente, plus sombre, plus épaisse, et l'air plus lourd. Les portes se sont brisées, remplacées par ces lames tranchantes. Finalement, vous avez émergé d'un mur… vous connaissez la suite.

Alors que vous êtes presque dehors, vous constatez avec effroi que deux dernières doubles portes ont été également remplacé par des lames. Cette fois, plutôt qu'un mécanisme qui fait bouger les lames de haut en bas, c'est un plus classique double balancier, comme les pendules d'une horloge, qui basculent, de gauche à droite, de droite à gauche. Il faudra traverser deux fois ces deux pièges mortels pour sortir définitivement de cette maison maudite.

Battlemap 176 : La maison
par Antoine
05 mai 2017, 21:36
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Les rats couinent alors qu'ils se prennent des coups de toutes parts. Bien sûr, dans la confusion qui règne sur Pwyll, lui-même évitant instinctivement et bien malgré lui une partie des attaques qui lui pleuvent dessus, les rats évitent par la même une partie des coups. Pourtant, les rats morts écrabouillés ou carbonisés tombent de la masse grouillante, certains agonisants encore. Pwyll se débat, cogne sur lui-même. Mais la nuée est tenace.
► Afficher le texte
par Antoine
05 mai 2017, 08:33
Forum : Partie 19
Sujet : [Chapitre Arthur] Ignorance
Réponses : 29
Vues : 283

Re: [Chapitre Arthur] Ignorance

Les paroles ne semblent pas portées par la brise de la même façon que les tornades emportent les cris de détresse ou que le vent se joue du chasseur qui pense surprendre le chevreuil. Non, cette fois, c'est l'air, le bruit du ruisseau, le bruit des insectes, tout cela qui articule de sa douche désincarnée.
Arthur conserve son calme intérieur car le murmure est si doux qu'il semble venir de son propre cœur.
Le moine donne au vent et à la nature sa réponse. « Des questions. C'est vrai j'ai toujours posé trop de questions. L'oblat Baudoin me le reprochait. » L'évocation de cet homme et de cette époque ne distrait Arthur que quelques secondes. Il reprend « Mais c'est ainsi. Les questions sont posées et je n'aurai sans doute pas de réponse. Qu'importe, ce n'était pas les questions les plus importantes.
Vers quoi nous dirigeons nous ?
Le chemin que nous suivons, nous, les vecteurs du changement, répond-il aux prétendues exigences du cycle ou bien traçons nous la voie vers le salut de l'homme ? »
par Antoine
04 mai 2017, 11:55
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Pwyll se précipite, bouclier en avant vers le mur que Jhörgan avait cogné l'instant d'avant. Le mur cette fois cède. Le guerrier s'extirpe de l'autre côté du mur, libérant ainsi un passage pour sortir de la pièce enfumée. L'atmosphère dans la pièce du grenier, suffocante d'ailleurs, s'éclaircit et devient à peine respirable.
Le mur brisé cependant couine de douleur… à moins que…
Une multitude de rats jaillit du mur brisé et se déverse dans l'ouverture avant de bondir sur Pwyll.

Avant de se faire engloutir par la nuée, Pwyll a le temps d'apercevoir le soldat Hamber qui n'ose pas traverser les lames qui se trouvent au niveau de la porte de la pièce des enfants dans lequel il était resté.

Battlemap 176 : Je mets la carte à titre indicatif, pour se repérer et moi, pour m'aider à tenir compte des pv et ce genre de chose. Dites moi globalement où vous vous placez (dans une pièce ou dans une autre etc)
► Afficher le texte
par Antoine
03 mai 2017, 20:05
Forum : Partie 19
Sujet : [Chapitre Arthur] Ignorance
Réponses : 29
Vues : 283

Re: [Chapitre Arthur] Ignorance

Je me redresse, alerte.
Lorsque que je souhaite canaliser mes pensées, j'ai pour habitude de réciter quelques paroles, quelques mots pour me recentrer. Lorsque je ne trouve aucune logique à ce qui m'entoure, je préfère tout simplement me parler à moi-même, à voix haute, afin de bien marteler la réalité de mes propos censés et raisonnables.
« QUOI, HEIN ? » Je fais un tour d'horizon de la clairière. Je lève les yeux au ciel.

« Que se passe-t-il ici ? Je me rappelle de… comment déjà ? Le crapaud Nulusus, qui n'était finalement peut-être pas un crapaud. Qui a déjà vu un crapaud qui parle, de toute façon ? Bien sûr que ce n’était pas un crapaud. En tout cas, lui et ses arbres nous sont tombés dessus. Il ne souhaitait pas nous laisser repartir, et… Serait-ce d'effroi que je me suis évanoui ? »
Soudain, Arthur prend conscience qu'il est seul. Il fait jour, tout est calme et paisible, alors qu'il devrait être mort, à en croire les intentions de Nulusus.
« Soit nous avons été déplacés pendant notre … euh… sommeil. Soit nous sommes … euh… morts. Pourtant, tout cela me semble bien réel. Et puis, pourquoi ne pourrions nous pas nous réveiller ensemble,
même dans la mort ? Ou bien suis-je le seul à être mort ? Impossible, pourquoi me tuer moi et épargner les autres ? »


Arthur fait quelques pas dans la clairière, se baisse même pour sentir une fleur et regarder quelques secondes une abeille qui butine.
« Ou bien tout cela est dans mon esprit, un lieu créé par une puissance qui utilise ce décor bucolique, monté de toutes pièces à partir de mes souvenirs de mon voyage initiatique… Le dragon souhaite-t-il encore m'embobiner ? »

À ce stade de sa discussion intérieure faite à voix haute, Arthur s'est suffisamment recomposé pour pouvoir affronté avec un semblant de calme la suite des événements.
Si tout est dans mon esprit, j'ai bien quelques minutes… Arthur s'assoit à même le sol, en essayant d'éviter les plus belles fleurs. Laissons couler le rêve comme il doit se dérouler. Si tout est fait pour méditer calmement dans un environnement agréable, je devrais sans doute méditer. C'est certainement le but de ce rêve.
par Antoine
03 mai 2017, 19:48
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Les coups que vous portez contre les murs et le sol semblent frapper contre de la pierre. Les murs, pourtant décrépis, sont anormalement résistants et les armes rebondissent en transmettant douloureusement la violence des coups dans vos membres.
Lorsqu'Elder s'approche de la fenêtre, les volets claquent, résonnant à l'unisson avec tout ceux de la maison qui tient apparemment à vous retenir. Même en essayant d'ouvrir la fenêtre, cette dernière résiste et semble bloquée, entravée par une force surnaturelle.
Une fois que l'écho du claquement des volets s'est affaibli, seul le bruit régulier des lames qui montent et descendent rythme les secondes qui s'égrainent. De teps en temps, l'âtre crachotte bruyamment alors qu'il continue sans cesse de cracher sa fumée opaque qui vous obscurcit la vue.


Il vous faut partir. Vite.
par Antoine
03 mai 2017, 10:10
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

Émergeant par l'étroite porte dissimulée dans le mur dans le grenier, vous identifiez rapidement, et non sans effroi, la cause de la fumée âcre et piquante. L'âtre de la cheminée, pourtant vide lorsque vous aviez exploré la pièce, vous rappelle la bouche d'un démon infernal, ou bien un portail vers un plan empli de flammes et d'ombres. Le rougeoiement sinistre qui sourd au travers la fumée et les cendres qui volent évoque l'horreur des bûchers.
Luttant pour respirer, vous couvrant la bouche avec un bout de tissu, la panique vous guette lorsque vous voyez que le cadre de la porte s'est vu doter d'une lame d'une vingtaine de centimètres de hauteur, qui glisse dans le cadre d'un mouvement de va et viens qui pourrait inspirer les plans d'une machine d’exécution.

Vous craignez que toutes les ouvertures soient devenues de pareils tranchoirs et que toutes les cheminées de la maison crachent leur souffle fétide.


Quelles sont vos idées pour traverser les portes ?
► Afficher le texte
par Antoine
01 mai 2017, 20:59
Forum : Partie 16
Sujet : Dans le noir
Réponses : 190
Vues : 2002

Re: Dans le noir

► Afficher le texte

Vous avancez dans les sombres couloirs, toujours aussi silencieux et poussiéreux. Derrière vous, le monstre informe se faufile dans les couloirs, à votre poursuite. Malgré les rétrécissements, l'enchevêtrement de lianes, de gravas, de cuir et d'os progresse à votre poursuite. Les yeux perçants de Tralar distinguent que ce n'est pas par reptation que la chose se déplace, mais qu'elle occupe réellement l'espace, grossissant devant elle comme le ferait une masse informe dépourvue de structure interne. Vous êtes cependant bien plus rapides qu'elle et vous pouvez vous relayer, enchaînant attaques magiques et flèches. Aucun d'entre vous n'ose s'approcher au contact, de peur de se faire engloutir. Chaque coup qui porte ralenti légèrement la créature, qui semble reprendre son souffle avant de reprendre son avancée qui semble inéluctable.
Bientôt, l'amas semble se rétracter et ne plus vouloir avancer dans votre direction. Cela fait quelques minutes que vous la faite tourner en rond dans le labyrinthe que vous avez exploré quelques temps plus tôt. Alors qu'elle cherche à vous fuir, vous continuez de la canarder et sa retraite, trop lente, ne lui permet pas d'éviter vos attaques. Vous prenez le dessus et voilà que vous finissez ce combat épique en achevant la chose. Les lianes se desserrent, laissant tomber quelques uns des objets et matériaux qui étaient contenus dans le corps de la créature.
Prudemment, vous vous approchez devant le tas de bazar et de matière organique qui bouche entièrement le corridor. Les étais de bois ont été arrachés par le passage de la chose et vous ne souhaitez pas vous attarder, de peur que toute la galerie s'effondre. Vous ne prenez pas plus d'une minute pour farfouiller dans le corps inerte de la montagne de détritus. Vous ne trouvez malheureusement rien d’intéressant en son sein : les tissus et cuirs sont tous à moitié rongés et pourris. Les quelques fragments métalliques sont profondément rouillés. Les os brisés complètement blanchis, intégrés dans l'écorce de quelques lianes épaisses, ne permettent même pas d'identifier les victimes de cette créature, même si vous supposez que les sacrifices effectués sur l'autel à l'étage inférieur finissaient d'une manière ou d'une autre *dans* ce monstre.

Exténués par le combat qui a traîné en longueur, vous décidez de reprendre l'escalier en colimaçon qui remonte au troisième étage de la maison. Le groupe indique à Méliane qu'ils sont trouvés ce passage après avoir exploré la maison de fond en combles, littéralement.
Alors que vous grimpés précautionneusement les marches de bois qui craque, vous sentez une odeur de fumée de plus en plus âcre. L'odeur est bientôt accompagnée de volutes noires qui glissent entre les lames de l'escalier, coulant entre vos genoux, dissimulant vos pieds.
Il vous reste quelques mètres à parcourir avant de pénétrer dans la pièce du grenier.