Arène XVI - Croc'héros 2 : le retour !

Venez divertir les foules démoniaques et forger votre légende dans l'arène. Inscriptions libres
Johan
Personnage : Le grand invocateur
Points de vie : 100 %
Messages : 2378
Enregistré le : 29 déc. 2014, 17:12

Re: Arène XVI - Croc'héros 2 : le retour !

Message par Johan » 16 mars 2018, 10:27

Les derniers assauts n'ont pas raison de la peau du demi-orc qui refuse décidément de mourir. Mais c'est de moindre importance, car le maître a finalement terminé son rituel. La terre tremble, tandis que l'étage supérieur se retrouve arraché et pulvérisé.
Le maître descend auprès de vous en lévitant, tandis que les fuites des plans élémentaires se calment.

Au-dessus de vos têtes, une créature immense et terrible vole dans le ciel et cache le soleil.
► Afficher le texte
Votre maître s'agenouille immédiatement. « Grand Seigneur Azazoth, soyez le bienvenu sur cette terre, qui ploiera bientôt le genou devant vous en criant de douleur. Voici de vaillantes créatures qui ont permis que je termine votre appel. »

Vous sentez alors les liens mystiques de l'invocation se dissiper. Vous n'êtes plus sous le joug du maître, ni confiné à sa villa. Le démon regarde les petits êtres que vous êtes et un sourire torturé se dessine... sur son abdomen (l'anatomie et la démonologie, ça fait deux !).

« Vous êtes valeureux. Des monstres tels que vous méritent une place de choix dans le nouvel ordre mondial. Dirigez mes armées et vous ne le regretterez pas. »

Bien qu'il parle dans sa langue gutturale, vous comprenez tous ses paroles. Il se tourne notamment vers le yéti, le gobelours et le yuan-ti maléficié.
« Vous êtes puissants et méritez une place parmi mes généraux, auprès de l'invocateur. Vous mènerez la grande guerre contre les royaumes mortels, avec gloire et moults récompenses. »

Votre ancien maître ne dit rien, mais se renfrogne un peu. Il ne s'attendait pas à ce que certains aient la même place que lui. Puis Azazoth se tourne vers le Yuan-ti annonciateur de cauchemar, le jeune basilic et le tigre-garou.
« Vous êtes, chacun d'entre vous, de brillants guerriers. Serviteur d'Hadar, tu portes la mort et la souffrance à un haut niveau. Tu es mon capitaine des escarmouches de souffrance : tu sèmeras la douleur et le doute dans les cités ennemies. Jeune pétrificateur, ton don te place capitaine de l'avant-garde de la ruine. Tes troupes mineront et aveugleront les armées en approche. Félin sélène, ta résistance fait de toi le guerrier immortel des champs de bataille. Tu seras le capitaine des armées de la désolation. »

Il se tourne ensuite vers le diable barbu, le fantôme et le chef de guerre orque.
« Vous avez tous un grand rôle à jouer. Barbu, je sais que les démons et les diables ne sont pas souvent alliés, mais j'ai perçu pendant l'invocation que par deux fois, un geste sacrificiel et désintéressé de ta part à éviter l'annihilation du rituel. Je fais de toi le chef de ma garde rapprochée. Esprit mort, tu as brillé ici plus par le trouble porté dans les lignes adverses que par la violence pure. Tu seras mon agent de discorde, qui portera confusion et panique parmi les mortels. Quant à toi, puissant guerrier orque, j'ai vu tes exploits peu commun. tu as fait coulé le sang par pintes entières, sans jamais tué. Tu seras mon tortionnaire attitré. Mon ennemis verront leur volonté ployer sous tes lames. »

Enfin, il se tourne vers le roi myconide et le mimique.
« Rassurez-vous, je ne vous ai pas oublié. Mon passage laissera une traînée de corps indénombrables. Et je ne veux pas que leur décomposition attire les démons de la maladie, que j'exècre. Vous mènerez l'arrière-garde, chargée d'achever les survivants, mais surtout de dévorer les cadavres. »

Il reste quelque héros au milieu de la villa, terrifiés. Azazoth laboure de ses griffes le sol, les achevant un à un. La tieffeline, voyant le nain mourir en un instant, lance ces décharges occultes sur le demi-orc, son allié de toujours, qui meurt dans un hoquet de surprise, puis elle commence à supplier le démon.
Image « Seigneur Azazoth, je suis une fille de l'enfer. Laissez-moi joindre votre cause, je vous en conjure. »
Il hésite un instant, puis l'écrase sans pitié. Alors, il s'élève dans le ciel et des nuages noirs viennent s'accumulez au point de couvrir toute la plaine d'une ombre austère. Dans les villes proches, les humains doivent probablement comprendre que les aventuriers ont échoués et commencer à prier leurs dieux inefficaces. Des éclairs zèbres la chape d'ombre.
« Ravageons ce monde ! »


[ Voilà, l'arène est terminé. Bravo à l'équipe 2. Ci-dessous sont récapitulés les scores et quelques autres stats. Elles sont aussi présentes sur la battlemap,
en-dessous de la villa. ]

► Afficher le texte
Battlemap 311 : La villa dévastée.

Répondre