[Livre I - Chapitre VII] Délivrance

[D&D 5] Dungeon Master - Arnaud (terminée)
dvins
Personnage : Dridoc Drudinoth
Points de vie : 100 %
Messages : 1432
Enregistré le : 02 févr. 2017, 17:29
Localisation : Mountain View, USA

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par dvins » 17 juil. 2017, 19:31

Dridoc voudrait faire honneur à Lliira et détruire ce démon une fois pour toutes mais les menaces de l'oracle et la santé de son groupe le font hésiter. Il revoit dans sa tête le corps de Gwendoline gisant au sol, ensanglanté, la frimousse de Morgane et ses yeux vacillant lorsque le démon la frappe, la silhouette de Victor brisée par les pinces de la créature... C'est trop ! Je ne peux pas laisser mes amis souffrir pour une simple vengeance !

D'un air de défi le paladin lance : « Fuis démon, et ne recroise jamais notre chemin si tu ne veux pas périr par ma lame ! »

Il attrape alors Victor par le bras pour l'entraîner avec lui vers la sortie en courant dans la pénombre, tout en essayant de ne pas foncer dans un mur.

► Afficher le texte

Erevan
Personnage : Gwendoline
Points de vie : 100 %
Messages : 643
Enregistré le : 30 mai 2015, 07:37
Localisation : Luxembourg

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par Erevan » 17 juil. 2017, 19:41

Dés l'apparition de la zone de ténèbre, Gwendoline incante un sort de lumière du jour afin de les dissiper...

« Il est temps de partir.... Ehrina ouvre la marche .... »

Elle continue à reculer
► Afficher le texte

TheBigLizardman
Personnage : Morgane Barbarella "la douce"
Points de vie : 100 %
Messages : 2204
Enregistré le : 21 juil. 2016, 12:56
Localisation : Paris, France

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par TheBigLizardman » 18 juil. 2017, 01:38

Par peur de se cogner par inadvertance dans la pénombre, Morgane redescend précautionneusement en longeant la paroi rocheuse jusqu'à toucher le sol, elle suit alors le mur en direction de la sortie, au niveau de laquelle elle rencontre l'elfe noir. Elle ne connait ni son odeur ni la sensation de sa peau entre ses doigts, mais lorsqu'elle pose ses mains dessus, elle identifie automatiquement que ce n'est aucun de ses compagnons, et par conséquent qu'il s'agit du mystérieux mage.
Doutant que le démon faisant office d'oracle soit contraint à ne dire que la vérité lors de ses réponses vampiriques, et se fiant assez naïvement à l'expertise incertaine de l'étranger, elle lui demande sans passer par quatre chemins, avec toute l'agitation provoquée par la situation: « Vous savez où se trouve la sortie vers la surface? »
► Afficher le texte

costjupial
Personnage : Ehrina Maxson
Points de vie : 100 %
Messages : 1295
Enregistré le : 28 janv. 2017, 17:38
Localisation : Paris, Île-de-France, France

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par costjupial » 18 juil. 2017, 03:35

Ehrina continua de fuir, Quittant le couloir elle s'enfonça dans une grande salle. Cependant elle se souvint de l'habitude des elfes noirs d’apparaître au moment où l'on s'y attendait le moins, aussi elle arrêta sa course et commença à regarder aux alentours, afin de pouvoir prévenir d'un quelconque danger.

Sortant sa dague, elle scruta du plus loin et du mieux qu'elle pouvait malgré la pénombre. L'absence de lumière ne la gênant pas totalement, il n'en serait pas de même pour tout le monde, aussi elle profita aussi de cette arrêt pour guider la prêtresse : « Suis le son de ma voix Gwendoline. Leanthiet, aide là à se diriger pendant que je vérifie la zone. »
► Afficher le texte

Arnaud
Personnage : Glabbagool
Points de vie : 100 %
Messages : 3825
Enregistré le : 13 juil. 2014, 12:09
Localisation : Val-de-Marne, France

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par Arnaud » 18 juil. 2017, 09:31

Image
Vous vous échappez de l'antre de l'oracle en compagnie de Leanthiet de Lyn, qui regarde votre groupe avec un respect nouveau. Une fois que vous êtes tous arrivés à l'extérieur, le mage elfe incante de nouveau, faisant apparaître une sphère de feu entre ses mains déployées devant l'entrée. La sphère, projetée à l'entrée de la caverne, explose dans un bruit terrible en provoquant l'effondrement du passage.
Avec une satisfaction évidente, Leanthiet de Lyn dit quelque chose dans une langue qui vous est inconnue « Xefhdtdsjy Glabrezu ! » puis se tourne vers vous « Je reconnais que vous avez été impressionnants. Nous avons nos chances ! Mais à partir de maintenant, plus de risques inutiles, nous sommes d'accord ? »
Le mage s'approche d'Erhina et prend ses mains entre les siennes. Il se concentre et marmonne un sortilège. Ehrina sent que ses souvenirs lui reviennent avec une parfaite netteté. Son entrée dans les profondeurs, son parcours dans un dédale de tunnels, son arrivée par l'un de ces tunnels, débouchant sur un gouffre sans fin, rempli de toiles et d'araignées géantes endormies. La demi elfe se souvient de tout aussi nettement que si elle venait tout juste de le vivre. Chaque passage, chaque détail, tout lui revient, comme autant d'évidences.
Leanthiet de Lyn semble lui aussi avoir partagé la vision de la demi elfe. Ou du moins, le laisse t il entendre quand il s'engage sans attendre sur le pont de toiles. « Elle est passée par un tunnel qui se trouve de l'autre côté du gouffre. Nous allons devoir le traverser. Jeune fille, n'oublie pas ce que tu viens de voir ! Une fois de l'autre côté ce sera à toi de nous guider ! »

Vous hésitez à franchir le gouffre une nouvelle fois, mais la détermination du mage et le désir de rejoindre la surface au plus vite vous galvanise. Leanthiet de Lyn vous assure qu'il saura maîtriser les araignées tant que vous resterez à ses côtés. « Mon peuple domestique ces créatures depuis des générations. Traditionnellement, ce sont nos femmes qui s'en chargent, mais je me suis moi aussi intéressé à la chose... comme à tant d'autres... cela nous sera utile, vous verrez... »

Pour ce qui est de voir, vous prenez le risque d'être vus de loin en allumant des feux magiques ou naturels : pas question de tomber dans le vide en avançant à l'aveuglette sur un pont de toiles.
Après une longue traversée au cours de laquelle l'elfe noir ne cesse de murmurer dans une langue inconnue, vous arrivez de l'autre côté du gouffre. Vos pas ne vous ont pas remis sur le chemin de la bataille qui vous a opposé aux autres elfes noirs. Le gouffre est si grand que vous avez bien du mal à vous repérer une fois sur place, mais après environ une heure à inspecter les environs, Ehrina reconnaît des détails significatifs dans l'environnement, et s'oriente petit à petit vers l'endroit où elle a finit son escalade quelques jours plus tôt, quand elle est arrivée dans les profondeurs.
Vous décidez de vous encorder, vérifiez plusieurs fois la solidité et le sérieux des nœuds, puis entreprenez votre descente. Leanthiet éloigne les araignées jusqu'à ce que vous trouviez le tunnel menant vers la surface.
Pour vous tous, c'est un véritable soulagement que de remonter ce tunnel, guidés par Ehrina dont les souvenirs semblent si nets. Après avoir franchi un dédale de couloirs, vous parvenez enfin en vue de la sortie.

Une rivière coule dans le gouffre étroit où vous débouchez. Loin au dessus de vous, des silhouettes élancées vous observent en silence. Plus loin encore au dessus de vous le soleil perce un rideau de nuages. Revoir le soleil, même voilé, est comme une révélation, et vous restez ainsi immobiles un long moment à profiter de votre liberté retrouvée.
En voyant ces silhouettes, Ehrina se souvient des hauts elfes et des avertissements que ce peuple noble et fier lui avait donné. Les hauts elfes ne s'étaient pas opposés à ce qu'elle descende, si c'était là sa volonté. Ils lui avaient laissé faire son choix, même s'ils savaient que la mort l'attendait certainement, et le lui avaient clairement dit. Les hauts elfes se transmettaient depuis des années les récits d'une branche de leur espèce corrompue par la magie noire et condamnée à jamais à errer sous terre. Ehrina savait maintenant que ces légendes étaient fondées, et que les elfes noirs existaient bel et bien.

Le mage elfe noir, d'ailleurs, n'est plus visible. Quand vous a t il faussé compagnie ? Aucun de vous, plongé dans la contemplation du soleil retrouvé, n'a remarqué sa disparition. Les hauts elfes qui vous accueillent ne semblent pas l'avoir vu non plus. Les hauts elfes portent sur votre groupe un regard suspicieux mais dépourvu de haine. Ils semblent trouver votre comportement aussi courageux qu'inconséquent, et ne sachant choisir entre les réprimandes et les félicitations, s'en tiennent à vous témoigner la politesse la plus élémentaire tandis que vous franchissez leur territoire.

Vous vous demandez quelles intentions avait le mage elfe noir en voulant regagner la surface. Mais aviez vous le choix ? Vous vous étiez engagés, et Dridoc ou même Ehrina n'auraient pas accepté de revenir sur leur parole.
Certaines paroles de l'Oracle vous reviennent aussi en mémoire, au sujet des croyances de Gwendoline ou de Victor, notamment. Jouait il avec vous ou bien vous a t il indiqué quelque chose de plus profond, afin de mieux vous torturer ? la réalité est parfois plus dure encore à entendre que les pires mensonges.
Ce voyage dans les Profondeurs marquera en tous cas à jamais votre groupe, qui s'est vu amputé de deux membres chers. Jacob et Sirion sont il encore vivants ? Dans les jours qui suivent, aucun ne répond aux appels de Gwendoline, qui en vient à douter de ses pouvoirs. Deux nouveaux membres ont rejoint Dridoc, Gwendoline et Morgane : Ehrina, la jeune demi elfe, et Victor, dont l'âge semble difficile à évaluer si ce qu'il dit est bien vrai.

C'est ce nouveau groupe, toujours dirigé par le pendule, qui fait route désormais vers de nouvelles aventures, sous l’œil toujours attentif de votre serviteur.

EPILOGUE
Je suis passé en mode "rapide" en considérant ce qui arriverait forcément au regard de vos décisions. J'ai continué à jouer la rencontre tant qu'il y avait des incertitudes sur son déroulement. Une fois que vous avez acté de fuir le combat par le tunnel, ce n'était plus nécessaire. C'est donc ainsi que s'achève cette aventure. (vous avez remarqué, c'est un copié collé de mon dernier message pour la dernière aventure... mais ça s'appliquait tellement bien que j'ai laissé le clin d’œil)

En dehors, naturellement des personnages de Sirion et de Jacob, si vous voulez qu'un personne puisse avoir une chance de réapparaître dans une future aventure, il ne tient qu'à vous de me le dire.
ImageImageImageImageImage


***

Vous avez pu identifier les objets récupérés pendant l'aventure : il s'agit donc, en dehors du sac sans fond de deux potions et d'une armure dont voici les caractéristiques :
http://www.aidedd.org/dnd/om.php?vf=pot ... croissance
http://www.aidedd.org/dnd/om.php?vf=pot ... tat-gazeux
http://www.aidedd.org/dnd/om.php?vf=armure-d-adamantium

Entre cette aventure et la suivante, je considère que vous avez eu l'occasion de remplir quelques missions mineures, et de récupérer chacun 200po. Vous pouvez acheter ce que vous souhaitez (de non magique) avec cet argent, voir vous mettre d'accord pour faire des achats communs si ça vous dit.

***

Vous passez tous de niveau : pour les points de vie, prenez le maximum.
Passer de niveau, cela veut dire avoir gagné en expérience.
Comme pour le précédent chapitre, je vous demande de dire en une phrase ce que votre personnage aura appris au cours de cette aventure. Il peut s'agir d'un enseignement théorique, pratique, ou personnel (car après tout, mieux se connaître est aussi une forme d'apprentissage).

Exception : EHRINA PASSE DE 2 NIVEAUX pour rattraper petit à petit son retard sur le groupe

***
RELATIONS ENTRE PJ :
PENSEZ A METTRE VOS LIENS AVEC LES NOUVEAUX PERSONNAGES (et pour les nouveaux personnages, à mettre vos liens avec tous les autres)

Si besoin, romancez les missions que nous ne jouerons pas entre celle-ci et le prochain chapitre.
Je regarderai ça pour attribuer un bonus à un ou deux joueurs dans le groupe.

***

Voilà, je vous laisse la main sur un tout dernier message chacun, dans lequel vous pourrez notamment romancer ce que vous voudrez sur la fin du chapitre. Je n'ai pas encore préparé la suite, que je prévois pour septembre de toutes manières.
J'ai terminé volontairement avant le départ de TBLM, pour que vous puissiez tous le vivre. Bonnes vacances d'été à tous !

dvins
Personnage : Dridoc Drudinoth
Points de vie : 100 %
Messages : 1432
Enregistré le : 02 févr. 2017, 17:29
Localisation : Mountain View, USA

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par dvins » 03 août 2017, 07:03

Gloup Gblog Plop... Je me présente, je suis Blaggabool et je vais remplacer notre bon conteur Glabbagool pendant quelques minutes afin qu'il puisse profiter d'un repos bien mérité. Toute cette histoire a été bien éprouvante pour nos héros et je voudrais me concentrer tout particulièrement sur le petit Dridoc.

Le jeune paladin est habitué à subir des blessures physiques et sa résistance hors du commun lui permet de surmonter ce type d'épreuve sans aucune séquelle. Toutefois, cette errance dans les profondeurs de la terre, ansi que la perte de trois de ses amis les plus chers — Sirius, Jacob, et Orion — l'ont profondément meurtri psychologiquement. Vous avez pu vous en rendre compte pendant ce dernier chapitre, notre ami s'est beaucoup remis en question, se lamentait sur son sort, et a développé un fort sentiment de culpabilité vis-à-vis de ce qui est arrivé à ses compagnons. Les échecs de Gwendoline lors de ses tentatives de contact n'arrangent pas les choses.

C'est donc soulagé mais désorienté que Dridoc sort des cavernes pour rejoindre le royaume de la lumière. Les rayons du soleil qui lèchent sa peau lui redonnent la force d'avancer mais on sent bien qu'il est troublé et en proie à une crise intérieure sans précédent. Pendant des semaines, il suit ses compagnons en traînant des pieds, participe peu aux conversations, ne donne pas vraiment son avis. Quel misère de le voir si triste ! Lui qui a toujours une opinion sur tous les sujets, qui insuffle de la vie dans le groupe avec son rire communicatif, ses discussions à bâtons rompus, son sens de la fête, et sa bonne humeur à laquelle personne ne résiste, le voilà réduit à l'état d'invertébré déprimé.

Ses compagnons ont bien essayé de l'aider à surmonter cette épreuve, de le déculpabiliser en lui assurant que Sirion et Jacob avaient fait leurs choix et que le paladin n'était pas responsable, mais rien à faire, cette tête de mule reste enfermé dans un mutisme étonnant. Parfois, on peut l'entendre murmurer dans la nuit, alors qu'il s'adresser aux cieux, ou à lui même.

Que se passe-t-il dans sa tête demandez-vous ? Et bien figurez-vous que tous les symptômes que je viens de décrire ne sont qu'une façade. Bien sûr le malheur causé par la perte de ses deux amis est bien réel mais dessous se cache une véritable remise en question des fondements de son intellect : sa foi. Comme sa déesse, Lliira, qui est si bonne, si tendre, et si bienveillante, a-t-elle pu le laisser subir ces épreuves ? Et dans quel but ? Dridoc aurait compris s'il souffrait pour sauver des innocents, ou pour une cause juste. Mais là, il a du mal à voir l'objectif de sa bienfaitrice et sa foi, si forte pendant toute sa vie, qui l'avait conduit jusqu'ici, commence à s'amenuiser, à s'éroder, à être remise en question.

Comment un paladin peut-il bien survivre à ce type de sentiment ? Très bonne question mes amis ! Comme vous le savez, les serviteurs armés de nos Dieux tirent leur force, leur sagesse et leur volonté de leur foi et sans elle, ils ne sont que de vulgaires mécréants aux capacités physiques inutilisées et risquent de sombrer dans le mal, qui devient alors si attirant pour ces êtres qui ne vivent que pour leur dévotion à une cause. Heureusement, en plus d'être un paladin aux capacités physiques exemplaires, Dridoc est un homme intelligent.

Après quelques semaines d'errance intérieure, un soir, alors que nos héros ont établi un campement dans une forêt et qu'ils s'apprêtent à déguster leur dîner, le paladin s'éclairci la voix en se raclant la gorge et prend la parole. Il leur parle alors de tous les conflits intérieurs desquels il est la proie, et du doute qui l'empare quant à sa foi. Il explique que lors de leur passage à Sissea, ses discussions avec la prêtresse Amauna avaient abordé le sujet des doutes dans la foi. Sur le moment, il n'y avait guère prêté attention, mais ses paroles lui reviennent maintenant à l'esprit et elle lui avait enseigné que lorsqu'un croyant s'éloignait trop de sa mission divine, soit par choix, soit car il y était forcé, la connexion qui le liait à son Dieu pouvait faiblir. Ce lien, un mélange d'état psychique, philosophique et magique, retrouverait toute sa vigueur et toute son intensité si le sujet consacrait toute son énergie à la gloire de la divinité, pendant quelques temps.

Il leur annonce donc que son objectif dorénavant serait d'honorer sa déesse. Si ils veulent partir sur leur chemin et peut-être se retrouver un jour, Dridoc le comprendrait, mais il aimerait que ses compagnons le suive dans sa quête. Quelle quête ? Notre bon paladin avait une idée ambitieuse ! Au fil des discussions qu'il a eu avec les prêtres des temples de Lliira que nos héros ont traversé dans le passé, Dridoc a réussit à localiser une relique sacrée de sa déesse, perdue depuis des millénaires. Cette relique, qui se présente sous la forme d'une coupe de vin symbolisant la richesse du partage et les bénéfices des festivités, aurait été dérobée lors de la mise à sac de l'ancien temple de la ville de Harthed. Il est dit que Lliira elle même aurait bu dans cet coupe sainte. Dridoc pense qu'elle se trouve actuellement en la possession d'un puissant nécromancien du nom de Mannbeorth, qu'il suspecte de vivre dans les ruines de l'ancienne cité elfique de Lanedhel.

L'ensemble de la compagnie retient son souffle pendant quelques secondes. Lanedhel est une cité bien connue pour sa dangerosité. Depuis que les ombres ont caché la lumières, les elfes ont déserté la cité, qui a alors été envahie par des créatures peu recommendables. On dit que les orcs, gobelin, goules, zombies, et nécrophages y sont parmi les habitant les plus chaleureux et amicaux... Chacun tente alors de jauger les choix qui s'offre à lui. D'un côté, il serait facile de laisser Dridoc effectuer sa quête lui même, mais nos héros pourraient-ils vivre avec eux-mêmes s'ils l'envoyaient seul à sa perte ? Ils pourraient aussi essayer de le convaincre d'abandonner sa mission, mais pourraient-il assumer le fait d'être la barrière se dressant entre le paladin et sa foi ? Le regard de Dridoc, qui brille pour la première fois depuis des semaines d'une lueur d'excitation, finit de les convaincre et chacun accepte de l'accompagner et de l'épauler dans sa mission.

C'est ainsi que le groupe se met en route dès le lever du soleil, prenant la direction de la cité maudite de Lanedhel.

Le trajet se déroule sans embûches. Bien sûr, nos héros rencontrent ça et là des petits groupes de brigands, des petites tribus de gobelins, et des charlatans peu scrupuleux, mais ils parviennent à les mettre en déroute sans grand effort. Il arrivent en vue des ruines au moment où le soleil se couche derrière la cité, leur offrant une des plus belles vues de Lanedhel qu'il soit. En faisant abstraction de l'état des bâtiments, on pourrait presque imaginer les elfes habiter encore cette cité grandiose, pratiquant leurs arts, magiques comme profanes, et observant le monde de leur oeil lointain. Mais lorsque l'obscurité envahi la plaine, la ville se transforme en un lieu terrifiant, répugnant, et intimidant où quiconque ayant un brin de sagesse prendrait ses jambes à son cou pour s'enfuir au plus vite.

Mais Dridoc ne laisse pas le temps à ses compagnons de remettre en question leur choix et d'une voix à la fois séduisante, fanfaronnante, et entraînante, il entonne un chant qui leur redonne à tous le courage. Celui ci parle de la grandeur de Lliira, de la beauté du monde, de l'importance du courage, de l'amitié, et de la nécessité de saupoudrer sa vie d'un brin d'insouciance pour arriver à dépasser ses limites.

Une fois entrés dans la ville, nos héros font face à de nombreuses menaces. Selon les informations récoltées par Dridoc, la demeure de Mannbeorth se trouverait au centre de la ville, près de ce qui était autrefois l'une des plus grande bibliothèque du royaume. Nos héros avancent donc prudemment, tentant d'éviter les ennemis et les combats autant que possible et de se faire discrets mais ne parvenant pas non plus à passer totalement inaperçus. Leurs capacités de combattants, d'orientation, leur moral, et leur amitié sont mis à rude épreuve alors qu'ils progressent doucement vers le centre de la cité. Après plusieurs jours passés à repousser les attaques des nouveaux habitants des lieux, dont la puissance augmente à mesure qu'ils se rapprochent de l'épicentre de la ville, nos amis arrivent enfin en vue de la bibliothèque. Ils pénètrent dans l'édifice, délogent ses habitants maléfiques et perdent quelques minutes à s'émouvoir du carnage intellectuel qui a eu lieu ici. Devant les milliers de livres éventrés, brûlés, déchirés, représentant un retour en arrière de plusieurs siècles pour la connaissance du monde, il est difficile de ne pas sentir son sang bouillir et de ne pas ressentir l'envie d'occire les responsables.

Malgré ce sentiment de haine et de mal-être, Dridoc se sentait revivre depuis quelques jours. Avoir un objectif, combattre des créatures maléfiques, se démener pour son clergé, voilà qui redonnait à Dridoc de l'énergie et soignait peu à peu son esprit meurtri et sa foi vacillante. Dridoc sait que le retour de cette relique bénéficiera de nombreux croyants de Lliira, redonnera de l'énergie au clergé, et permettra probablement une levée de fonds pour aider les plus démunis. Tout ceci lui donne la force de continuer cette aventure, et c'est sans compter sur le soutien solide de ses amis qui, malgré les différences dans leur foi, le suivent contre vents et marées.

Revenons à notre bibliothèque où nos héros de lamentent de l'autodafé et sont prêts à éviscérer les responsables. Leur colère n'est que de courte durée car quelques minutes après qu'ils aient pénétré dans la grande salle centrale de l'édifice, une odeur de putréfaction épouvantable remplit leurs narines. Cette odeur, ils la connaissent bien malheureusement. C'est celle des cadavres putréfiés, tirés de leur sommeil par les pouvoirs d'un mage malfaisant, et il semble qu'un grand nombre d'entre eux se dirige à présent vers nos héros. Soudain, un rire retentit dans la grand bibliothèque toujours vide. Nos héros lèvent les yeux au ciel et aperçoivent sur un balcon un elfe à la peau noire, vêtu d'une grande robe sombre, tachée de sang qui les toise.

Le sang de Dridoc ne fait qu'un tour et il s'élance à toute vitesse vers les escaliers en tirant sa lourde épée à deux mains, bien décidé à faire passer au nécromancien l'envie de rire. C'est à ce moment là que les portes de la salle craquent et qu'une horde de corps défigurés et mutilés pénètre dans la salle et se dirige vers le groupe. Dridoc s'arrête un instant, prêt à revenir sur ses pas pour protéger ses amis mais ceux ci le regardent droit dans les yeux et lui disent de continuer son chemin, de poursuivre sa quête, de la mener à terme et de leur laisser s'occuper de ces monstres. Les yeux de Dridoc se remplissent de larmes quelques instants mais cette fois, ce ne sont pas des larmes de douleur mais des larmes de bonheur, provoquées par l'amour et l'amitié qui remplit son coeur. Il se ressaisit vite et grimpe les marches quatre à quatre, à la poursuite de Mannbeorth qu'il voit disparaître derrière une porte dérobée.

Il s'engage à la suite du nécromancien, accompagné par le son des lames de ses camarades et les explosions de lumière de leurs sorts qui dessinent dans le ciel des étoiles brillantes et apportant une lueur d'espoir dans cette ville maudite. De la bibliothèque, il franchit un pont de pierre aux sculpture magnifiques et arrive dans la demeure du magicien qu'il rattrape peu à peu. Ce dernier s'arrête et lui fait face, un rictus malfaisant sur le visage.

S'engage alors un combat acharné que je ne saurais décrire ici. Les chocs métalliques des lames et des boucliers se mêle aux paroles chantantes des incantations et des prières, créant une symphonie à la fois terrifiante de puissance et réconfortante. Le paladin porte fièrement les couleurs de sa déesse et se voit baigné dans une lumière magique, tandis que le nécromancien, maître des ombres, apporte avec lui les ténèbres. Ces deux personnages, si opposés dans leur manière de voir la vie s'affrontent alors pendant d'interminables minutes, tantôt l'un prenant le dessus, tantôt l'autre, sans qu'aucun des deux ne soit réellement supérieur à l'autre.

Finalement, le magicien, usant de ses pouvoirs néfaste arrive à désarmer Dridoc qui est projeté au sol, son épée tombant quelques mètres plus loin sur le sol de marbre, dans un fracas qui résonna dans toute la maison. Deux goules sorties d'un couloir se jettent alors sur le paladin qui évite leurs morsures de justesse, saisissant la dague à sa ceinture et taillant leur chair, les terrassant en un seul coup. Blessé, il regarde impuissant une troupe d'une vingtaine de zombies qui se ruent sur lui. Dridoc ferme les yeux quelques instants, pensant sa fin arrivée.

Peut-être avait-il été trop ambitieux ? Peut-être sa déesse l'avait-elle vraiment abandonnée ? Peut-être n'était-il pas destiné à la grandeur ? Peut-être aurait-il dû rester dans son petit village de Terre Brune ? Peut-être rejoindrait-il bientôt Donella, Sirion, Jacob, Orius, et tout les autres qui étaient tombés à ses côtés ? Peut-être était-ce la meilleure chose qui pouvait lui arriver ?

Alors qu'il s'attend à ressentir la douleur des blessures et des coups de ses ennemis, Dridoc sent tout à coup une chaleur réconfortante l'entourer. Il ouvre les yeux et ne se trouve plus à Lanedhel. Il est allongé dans un jardin magnifique, couvert de fleurs, de fruits bien mûrs, et de nombreux animaux gambadent autour de lui. Il se relève doucement, tentant de reprendre ses esprits et aperçoit quelques mètres plus loin une jeune femme qui marche dans la direction opposée et disparaît derrière un arbre. Pris d'un sentiment de joie inexplicable, il court vers cette jeune femme mais n'arrive pas à la rattraper. Elle continue à le distancer, cachant son visage et sautillant, se disparaissant derrière un arbre, un roc, dans les hautes herbes... Après quelques minutes de poursuite, Dridoc arrive dans une clairière et aperçoit son épée posée sur le sol. La jeune femme est agenouillée auprès de la lame, se retourne et le regarde droit dans les yeux, sourit, lui adresse un clin d'oeil, et disparaît en se transformant en un nuage de papillons magnifiques. Dridoc est émerveillé, ne pouvant détacher le sourire de ses lèvres et ne pouvant comprendre d'où lui vient ce sentiment de joie immense. Il s'approche doucement de la lame et la saisit délicatement dans la main, puis affirme sa prise et se voit téléporté à nouveau dans la demeure du nécromancien.

Que s'est-il passé ? Il l'ignore, mais il est à nouveau debout, son épée à la main, taillant les corps de ses ennemis, les repoussant peu à peu et s'approchant de plus en plus de Mannbeorth, jusqu'à ce que sa lame pénètre son coeur et que son ennemi tombe au sol, mort. La luminosité de la pièce s'intensifie imperceptiblement lorsque le nécromancien rend son dernier souffle. Dridoc, éreinté et dans un état second, s'engouffre dans la maison jusqu'à trouver une pièce où une coupe étincelante trône sur un piédestal. Il s'approche, s'agenouille, et prend l'artefact dans ses mains. Il ressent alors à nouveau ce sentiment de joie l'envahir et le visage de la jeune femme qu'il avait rencontré dans sa vision traverse à nouveau son esprit.

C'est à cet instant que ses compagnons débarquent dans la pièce, visiblement victorieux de leur combat. Il restent quelques minutes à contempler Dridoc agenouillé et en plein prière puis le paladin se lève et sans un mot, s'avance vers eux, les prend dans ses bras et les étreint comme jamais.

La suite est simple mes enfants ! Nos héros sont sortis de la ville, ont voyagé quelques jours pour remettre la coupe de Lliira à un temple, ont participé aux célébrations organisées en leur honneur, puis ont repris la route en direction de leur prochaine aventure !

Le paladin a retrouvé toute sa foi en sa déesse, a retrouvé sa joie de vivre et il rêve encore, la nuit venue, de la jeune femme qui a guidé sa main, son corps et son esprit jusqu'à la victoire... Qui était-elle ? Personne ne le sait vraiment mais le paladin se plaît à croire que sa déesse, Lliira elle-même, lui est apparue et l'a sauvé...

► Afficher le texte
Modifié en dernier par dvins le 14 août 2017, 03:23, modifié 2 fois.

Erevan
Personnage : Gwendoline
Points de vie : 100 %
Messages : 643
Enregistré le : 30 mai 2015, 07:37
Localisation : Luxembourg

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par Erevan » 03 août 2017, 18:04

La sortie de la grotte de l’oracle tenait du mystère, voir du miracle. Les jours qui suivirent fûrent pénible et compliqué, Gwendoline ayant beaucoup de mal à récupérer même avec l’aide de la magique… Le monde des profondeurs n’était pas fait pour les humains, cela était maintenant, une certitude pour elle. Lorsqu’ils arrivèrent en fin à la surface, accueilli par la noble race des elfes, elle relâcha le peu d’énergie qui lui resté, si bien qu’elle perdît connaissance dans les bras d’Ehrina.
Gwendoline sombra dans un sommeil comateux, remplit de cauchemars. Elle se retrouvait dans la forêt où elle avait fait la rencontre avec Savras qui avait changé sa vie, mais à la place du dieu, elle trouvait le démon de l’oracle qui lui annonce qu’elle sera son jouet qui servira ses dessins en lui tendant un collier de perles sombres et noires…

Après trois jours de transe comateuse remplies de cauchemars, elle se réveille et retrouve avec plaisir ces anciens compagnons, mais aussi les nouveaux et plus particulièrement Ehrina qu’elle remerçia encore pour tout ce qu’elle avait fait pour elle depuis la grotte de l’oracle. Elle tente plusieurs fois de rentrer en contact avec Sirius ou Jacob, mais sans succès. Elle tente aussi de joindre la prêtresse drow pour l’informer que l’origine des démons se trouve à l’oracle qui a était corrompu, mais là aussi sa tentative échoue. Cette échec lui donne un petit espoir que ces amis soit encore en vie et qu’ils soient maintenant hors de portée de sa magie.

Une petite semaine était passé chez les elfes, puis le groupe était reparti, guidé par le pendule. Gwendoline se rendit seulement compte que le mage drow Leanthiet de Lyn avait disparu. Les semaines qui suivirent furent difficiles, rien de comparable avec leur expédition en Outremonde, mais le moral de Dridoc resta en berne et Gwendoline ce posait beaucoup de question sur la nature de sa foi et l’origine de ces capacités magiques. Les quelques aventures qui suivirent n’eurent d’intérêt que de leur permettre de remplir leur bourse pour refaire leur provision. Chaque fois qu’elle le pouvait, elle profita qu’il était en ville pour aller dans le temple de Savras afin de s’enquérir de sa foi en vers son dieu, mais aussi de recueillir des informations sur les origines de son collier.

Lorsque Dridoc proposa son projet un peu fou, Gwendoline retrouva le Dridoc d’avant leur grand périple et n’osa l’en dissuader. Elle se dit aussi que ce serait le moment d’éprouver sérieusement sa foi. Lorsqu’ils arrivèrent en vue de la ville maudite de Lanedhel, elle pria Savras pour qu’il lui donne les armes pour défaire les créatures qu’ils allaient rencontrer. Elle ne voulait plus se retrouver impuissante devant le danger et elle avait réalisée dans les abysses de l’Outremonde que la voie de la diplomatie n’est pas toujours celle qu’il fallait privilégier et que face à des créatures qui n’avaient plus rien de vivant, l’usage d’une magie destructrice était un mal nécessaire. Ces prières furent entendues. Lors de cette aventure, elle en appela plusieurs fois à Savras, détruisant les hordes de zombis mis sur leur chemin par le nécromancien. Si bien, que lorsque Dridoc du choisir entre lui mener la chasse et rester lutter avec eux, elle lui ordonna d’aller à la poursuite du nécromant, qu'ils arriveraient seuls à faire face aux mort-vivants qui affluaient. Lors de cette ultime bataille, elle dépassa ces limites et augmenta la puissance de ces sortilèges même les plus mineurs.
Outre la coupe retrouvée par Dridoc, ils récupèrent aussi dans cette histoire quelques valeurs qui allaient leur permettre de faire des achats plus conséquents.

Le retour en ville et la fête au temple de Lliira conclurent en beauté cette entreprise qui permit de mette derrière leur mésaventure précédente.
Gwendoline est regonflée dans son estime et sa foi, bien décidée à faire toute la lumière sur les origines de son collier.
► Afficher le texte

TheBigLizardman
Personnage : Morgane Barbarella "la douce"
Points de vie : 100 %
Messages : 2204
Enregistré le : 21 juil. 2016, 12:56
Localisation : Paris, France

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par TheBigLizardman » 12 août 2017, 11:18

Sortant de l'Outreterre avec un goût amer de défaite dans la bouche, Morgane se réjouit cependant immédiatement dès qu'elle aperçoit les premiers rayons de lumière solaire: elle craignait que sa chevelure finisse par se dégrader suite au manque de lumière naturelle. Si les enfants giths auront trouvés une solution adéquate, supposément du moins, car malgré son apparence amusante, Morgane se méfie du gros crapaud, elle, personnellement s'est vu amputée de deux amis... Et rapidement perfusée de deux nouveaux compagnons de route. Bien que le charme diabolique ou démoniaque? C'est une bonne question ça, à quoi on reconnait? Aux cornes? du mystérieux Victor ne la laisse pas indifférente, et que la jeune fille lui rappelle un passé pour elle si lointain où, adolescente, elle s'aventurait seule loin des limites de Terre Brune, avant de se faire copieusement sermonner par son père, elle ne peut placer en eux la confiance qu'elle accordait naturellement à ses amis de longue date.

Ainsi en deuil, faute de connaitre un terme plus adaptée à sa situation, elle passe les premiers jours languissante, morose et recluse, bien loin de se soucier de ses hôtes elfiques, qu'elle trouve de toute façon ennuyeux à souhait. Ces jours lui permettront cependant de réfléchir, et de méditer sur son présent, sur son passé, et sur son futur. Certes, elle aurait préférée ne pas perdre de vue ses amis, mais comme disait grand-mère: "N'espère pas que les événements arrivent comme tu le souhaites, décide de les vouloir comme ils arrivent, et ainsi tu seras heureuse. Sur ces sages pensées, Morgane retrouve peu à peu sa gaieté naturelle. Se séparer de Jacob et Sirion est regrettable, mais ils sont maîtres de leurs décisions, et elle doit l'accepter. Après tout il lui reste beaucoup de chose à faire! Sur la liste des dix choses à faire écrite à ses quinze ans, combien en a-t-elle réalisé? Quatre seulement. Elle reprend donc le voyage l'âme et le corps léger, révélant sa vraie force au monde: sa force intérieure. Très utile pour les coups de hache et la lutte avec les trolls.

C'est dans ces conditions guillerettes que Morgane voit ses compagnons évoluer avec la même peine qui l'affligeait, mais elle se dit qu'ils doivent passer, comme elle, par une étape de réflexion intérieure, et ne pourront trouver la salvation que par eux-mêmes. Et ce fut le cas; pour sa part Dridoc décide de partir à la quête d'une sainte relique pour se changer les idées, enfin c'est ce que Morgane en pense, puisqu'elle a toujours du mal à comprendre les nuances de la foi et la relation que les croyants partagent avec leurs dieux. Croire en quelqu'un qui semble nous ignorer la majeure partie du temps ne doit pas être une mince affaire, se dit-elle. Enfin. Toujours est-il qu'elle accompagne sans hésitation Dridoc, elle n'allait pas voyager toute seule de toute façon! Lanedhel, Morgane ignorait sur cette cité plus de la moitié de ce que ses compagnons lui raconte en chemin, si bien qu'elle y arrive avec une certaine appréhension, les mains serrées sur le manche de sa hache.
Finalement, elle est agréablement surprise par la ville. En plus des ruines qui ont un charme fou, avec un style typique rococo-elfique d'avant-guerre, mais sans les dorures, ce qui fait tout de même plus modeste, Morgane est fascinée de voir avec quelle proximité une telle diversité de races, de peuples et de cultures coexistent. C'est tellement beau qu'elle en a la larme à l’œil. Elle aurait aimé les questionner sur la nature de leurs échanges, mais il semblerait que les mœurs locales interdisent le démarchage à domicile, car à chaque tentative de porte à porte, Morgane n'a même pas le temps de finir sa première phrase, « Bonjour, auriez-vous deux minutes pour parler de... eh! », qu'elle se fait sauvagement attaquer par les propriétaires des lieux. Rappelée à l'ordre par le reste du groupe, elle finit par abandonner au bout de la septième tentative. Tant pis, il semblerait que les astuces de bon voisinage sont des secrets bien gardés.
Arrivant au centre de la ville, elle suit Dridoc dans son objectif en proposant son aide, jusqu'à ce qu'ils parviennent finalement au nécromancien. Déçue de se retrouver face à un énième nécromancien, sérieusement, c'est le quatorzième depuis qu'ils ont commencés à s'aventurer! Et sans compter Nilbus Agranor, qui n'était en effet qu'un vendeur de confiserie, tant pis, il aura eu une belle mort, tout le monde fait des erreurs parfois. Elle est tout de même relativement soulagée de n'avoir à passer au fil de sa hache que des créatures déjà mortes, soucieuse de ne pas abîmer cet écosystème fragile et merveilleux qui s'est développé au sein de la cité.

Finalement, le bidule sacré de la déesse est récupéré, et tout le monde peut vivre heureux et avoir beaucoup d'enfants. Enfin, pas trop quand même, ils pourraient se blesser durant les aventures.

costjupial
Personnage : Ehrina Maxson
Points de vie : 100 %
Messages : 1295
Enregistré le : 28 janv. 2017, 17:38
Localisation : Paris, Île-de-France, France

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par costjupial » 13 août 2017, 16:02

La surface, quelques jours s'étaient écoulés depuis qu'Ehrina avait choisi dans un certaine insouciance de s'aventurer dans les profondeurs à la recherche de trésors, et pourtant cela semblait avoir duré une éternité. Ehrina était heureuse de retrouver les lueurs du soleil, de revoir ce monde auquel elle appartenait. Cependant la première chose qui vint la frapper fut la disparition soudaine de Leanthiet, elle n'eut pas le temps de s'occuper de celle ci que Gwendoline s'écroula de fatigue, inquiète, elle passa les jours suivants au chevet de la jeune femme, puis lorsque celle ci se réveilla enfin, elle fut contente de voir que sa nouvelle amie était en bonne santé.

Ehrina était heureuse, non seulement elle venait de rencontrer des camarades avec qui elle avait réussi à survivre aux horreurs des profondeurs, mais en plus ils furent recueillis par des elfes, un peuple qui représente une partie de son héritage. Elle s'en alla donc voir ceux qui parmi eux lui avait déconseillé de descendre, elle leur raconta son aventure, ses faiblesses et l'aide que leur avait apporté le mage elfe en ces basses profondeurs. Il lui avait déconseillé de descendre, et faisant fi de toutes ses mises en gardes, elle se laissa surprendre par le démon. Avec le recul elle en vint à regretter et décida de s’entraîner. Elle demanda donc à recevoir un entrainement martial notamment en archerie auprès des instructeurs du village. Son agilité et les conseils d'elfes aguerris lui permirent de s'améliorer grandement dans l'utilisation des arcs. Elle promit en échange de leur devoir une faveur, l'échange fut cordiale, elle appris à mieux se battre en tant que guerrière et en échange, si le besoin s'en faisait sentir, elle rejoindrait les rangs des guerriers elfes.

La semaine passa ainsi pour elle entre entrainement auprès des guerriers et discussions avec les érudits et mages du villages quant à certaine technique d’archeries elfiques qu'elle espérait pouvoir maîtriser un jour et quant aux desseins que pourrait avoir Leanthiet, elle essaya tant bien que mal de se renseigner sur le mage qui avait disparu, mais il n'en était rien, personne n'avait vu ou entendu parler du dit elfe noir qu'elle aurait voulu remercier.
Le dernier jour passé au village, l'ancien du village fit quérir Ehrina, il lui annonça qu'elle avait désormais en cette endroit un foyer, il lui offrit pour son départ du village un présent, des bracelets d'archers portés par les guerriers elfes du village, elle remarqua étrangement que le jour de son départ coïncidait avec son anniversaire, elle ne put savoir si l'ancien l'avait fait en connaissance de cause, mais elle ne put s’empêcher de retrouver en lui une image paternelle qu'elle n'avait que peu connu. Elle le remercia de tout son coeur, le serrant dans ses bras.
Le soir même, une grande fête fut organisé pour le départ des aventuriers, durant lequel l'ancien annonça qu'elle était désormais citoyenne de celui ci, qu'elle aurait à jamais une maison en ces lieux. Il en profita aussi pour inviter à trinquer à l'anniversaire de la jeune demi-elfe, la fête fut empli de chants, de danses, de quelques beuveries pour certains. Ehrina était heureuse, elle n'avait jamais autant sourit depuis qu'elle avait quitté son foyer.
Vint enfin le jour du départ, partagé entre la tristesse de quitter ceux les siens qu'elle avait si peu connu et la joie de poursuivre la route en compagnie de ses nouveaux amis. C'est ainsi qu'elle pris la route, le sourire au lèvres, la larme à l’œil.

Le chemin était à la fois aisé et lourd, prise d'une joie de voyager plus loin qu'elle n'avait jamais pu aller, elle se sentait à l'aise, grimpant, escaladant, parcourant la route à cœur ouvert d'une allure bon enfant, elle remarqua vite que la joie n'était pas un sentiment unanime. Elle ne se sentait la force de réconforter ses compagnons et ne pouvant se résoudre à les abandonner à leur tristesse tenta malgré tout par quelque cabrioles enfantines et par son sourire de leur redonner un peu de courage. Cependant les plaies qui semblait accabler Dridoc ne semblait pouvoir être refermé par une simple joie. Elle fut heureuse lorsque le paladin partagea au groupe son envie de retrouver une relique dans des ruines, elle vit enfin pour la première fois le véritable Dridoc.

Ehrina était d'autant plus heureuse que leur route les mena dans son domaine de prédilection, une cité en ruine empli de trésors ne demandant qu'à être trouver pour le bonheur des farfouilleurs.
Le destin mena encore une fois Ehrina en direction de ses origines, la cité elfique de Lanedhel était resplendissante, les ruines des bâtiments laissaient entrevoir les palais que semblait être chaque bâtisse, chaque recoin de la ville était un chef d'oeuvre, cependant la ville n'était désormais plus qu'à l'état de ruine et lorsque que le soleil vint à disparaître l'imagination telle le jour laissa place à la dure réalité de la nuit. La grandeur de la ville n'avait pas disparu, bien au contraire, mais le sentiment de sûreté que devait apporter les remparts autrefois laissait désormais une sensation de piège, comme une souricière donc les morts garderaient la sortie. Le chemin fut empli d'ennemis mais rien que l'acier ne pouvait trancher ou percer.

Dridoc mena donc le groupe à destination, une bibliothèque habité par un mage noir, le combat fut long et âpre, et lorsque tous furent entouré par les morts-vivants, le paladin pris la poursuite du nécromancien laissant à ses alliés le rôle de couvrir ses arrières. Elle se rendit compte durant ce combat à quelle point son entrainement auprès des elfes avait payés, elle n'avait étudié que peu auprès d'eux et pourtant ces flèches semblait ne plus avoir la même précision qu'avant, elle se sentait plus forte et semblait enfin avoir trouvé sa place auprès de ses compagnons aguerris.
Le combat fini, la coupe retrouvé, elle se mit à la recherche de trésors dont la revente rapporta un sacré butin au groupe, elle qui en avait fait son métier était malgré tout impressionné de la quantité d'or obtenu.

Cette aventure marqua Ehrina, elle commençait à retrouver des racines dont elle aurait pensé ne jamais se rapprocher tout en se sentant enfin proche des compagnons qui depuis le début l'avait protégé, désormais elle ferait elle aussi de son mieux pour protéger ses amis. C'est avec une impatience de pouvoir un jour remercier les siens et maîtriser la magie dont il lui firent part qu'elle reparti avec ceux qui désormais étaient aussi les siens, dans cette nouvelle famille qui venait de l'accueillir.
Modifié en dernier par costjupial le 17 août 2017, 11:37, modifié 2 fois.

Erevan
Personnage : Gwendoline
Points de vie : 100 %
Messages : 643
Enregistré le : 30 mai 2015, 07:37
Localisation : Luxembourg

Re: [Livre I - Chapitre VII] Délivrance

Message par Erevan » 17 août 2017, 10:23

Après l’aventure à la ville maudite de Lanedhel et la défaite du nécromancien, le groupe avait retrouvé un peu de sa superbe et l’intégration des nouveaux venus était en bonne voie. Gwendoline passa beaucoup de temps à discuter avec Ehrina, afin de mieux la connaitre. Concernant Victor, c’était une autre affaire, il restait silencieux et disparaissait régulièrement. Après plusieurs jours d’absence Gwendoline le contracta magiquement. Victor lui explique qu’il avait des affaires à régler seul et qu’il quitte le groupe pour le moment, il leur a laissé le pendule dans sa chambre.

Le pendule s’activa dans les mains de Dridoc, brillant de nouveau d’une leur bleuté, leur signalant qu’il était temps qu’ils reprennent la route.

Le groupe rééquipé et disposant de nouvelles montures se met en route, guidé par le mystérieux objet. Ils arrivèrent après une petite semaine de trajet à un village isolé en bordure d’une grande forêt. Rapidement, ils comprennent pourquoi le pendule les y a menés. En effet, le village se trouve sous le coup d’une sorte de malédiction. Depuis plusieurs semaines, des enfants du village disparaissent, emporté par des spectres. Après de rapides investigations et quelques recherches, le groupe trouve une piste qui les mène à un vieux manoir de chasse désaffecté. Là, il découvre un groupe d’elfe noir qui pratique des rituels démoniaques à base de sacrifice humain. En fait de spectre ils utilisent une peinture à base de lichen phosphorescent qui leur donne cet aspect spectral. Après les avoir défait, ils ne peuvent que constater qu’ils sont arrivés trop tard, tous les disparus du village ont été tués comme d’ailleurs d’autre victimes, faisant surement partis un convoi de marchands qui devait passer dans la région.

Ils ne peuvent que ramener les corps aux villages et leur donner une sépulture descente, garantissant aux villageois qu’il n'ont plus rien à craindre.

Dans le manoir, il découvre parmi les biens des marchands plusieurs objets magiques que Gwendoline identifie, elle conserve un bracelet en argent sur lequel une perle magique est enchâssée.

Verrouillé