La fontaine aux trois Grâces

Forum sur le concours du Gobelin d'Or 2016 (lieu urbain)
TomLG
Niv 13 - Fléau des vampires
Niv 13 - Fléau des vampires
Posts: 538
Joined: Fri Aug 14, 2015 9:51 pm
Location: Saint saens

La fontaine aux trois Grâces

Post by TomLG »

« La première fois que j’ai vu les Trois Grâces, je devais avoir à peine vingt ans. J’étais arrivé à Laelith pour mon pèlerinage depuis quelques semaines et c’est par hasard que je tombais sur cette place, au cœur de la Cité Sainte. Je ne remarquais pas tout de suite la fontaine, mais l’agitation qui régnait au centre m’attira. Derrière la foule ordonnée (je compris dès le premier regard qu’une organisation tacite dirigeait la manœuvre sans comprendre tout de suite laquelle), je découvris le majestueux édifice. Mais la majorité des gens ne semblait pas remarquer les divines statues qui prenaient place au milieu du bassin. Il faut dire qu’un mauvais lichen vert couvrait leur pierre, ôtant une part non négligeable de leur beauté. J’attendis le soir, que la foule se disperse et armé d’une simple brosse, j’entrepris de redonner aux Trois Grâces leur splendeur. Chaque soir, pendant une semaine, j’accomplissais le même rituel. Si au début, nul ne prêtait attention à mon labeur, je constatais au bout de deux jours les regards intrigués devant l’éclat nouveau des marbres. A la fin de la semaine, une petite foule m’observait le soir, m’apportant quelques offrandes et me remerciant d’un regard. Bientôt, quelques pièces tombèrent près de mes affaires. La nouvelle de mon action remonta jusqu’au temple du Poisson d’Argent, en charge des eaux de la cité, et on m’octroya le droit de chapelle : les commerçants de la place me cédèrent un local que j’habite aujourd’hui encore. C’était il y a presque quarante cinq ans et tous les jours depuis, quelques fidèles viennent pour que je les bénisse aux noms des Trois Grâces. »
Père Orbal De Wardrar

L’eau est en ville un souci quotidien. Comme toutes les grandes cités, Laelith a développé un système complexe de distribution d’eau. Les fontaines, souvent publiques, restent donc l’unique moyen pour la population de se fournir en eau potable. La fontaine aux trois Grâces est l’une des plus grandes fontaines de Laelith. Monumentale, elle arbore trois belles statues de marbres qui lui donnent son nom au centre d’un large bassin circulaire (près de treize mètres de diamètre). Les trois femmes se tournent le dos au centre, délimitant artificiellement le bassin en trois tiers leur faisant chacun face.

La première Grâce est représentée dans la pose d’une danseuse habillée d’un simple collier de perles. C’est dans cette partie du bassin que sont relégués les plus pauvres, car les plus dépravés : on sait que la danse est associée à de nombreuses mœurs contraires à la bonne morale religieuse. Il ne viendrait à l’esprit d’aucune famille de bonne foi de boire cette eau là.

La seconde est parée d’un voile pudique alors qu’elle lève la tête vers le ciel. C’est ici que les bourgeois et les nobles (ou plus souvent leurs serviteurs) puisent leur eau.

La dernière tient dans sa main un fruit rond : marchands et artisans y voit le symbole du travail fructueux : cette partie du bassin leur est réservée.

Ils n’existent aucune « police » de la fontaine mais il arrive parfois, lorsque quelqu’un contrevient aux habitudes, qu’on assiste à une bousculade rappelant la place de chacun.

Le collier de la danseuse est en fait un collier de prière (voir le SRD) très recherché : une de ses perles contient en effet une clef magique ouvrant un sanctuaire antique situé dans le Cloaque. On peut trouver des informations à son propos dans la Bibliothèque de la Foi ou auprès des membres de la secte du Phénix exerçant dans le temple de l’oiseau du feu.

« Kollov pénétra dans la chapelle tard dans la nuit. Mes relations avec lui étaient tendues depuis le début. Sa manière de se dresser de manière un peu brutale contre toute autorité était contraire à mes principes. Mais je ne pouvais nier qu’il s’occupait bien des enfants qui formaient sa petite compagnie de porteurs d’eau. Aussi je le laissais s’expliquer à propos du corps meurtri qu’il portait. C’était Dorian, un de ses porteurs, qui était tombé dans un coup fourré. Je ne compris pas bien ce qu’avait pu faire un gamin des rues pour se retrouver dans cet état. Les blessures que je constatais alors que je le préparais au dernier voyage m’indiquèrent qu’il n’était pas tombé au cours d’une vulgaire rixe : les coups avaient été portés avec précision dans l’intention de donner la mort. A l’aube, l’ensemble des porteurs
assista à son départ dans l’Inlam. Le silence de tous ses enfants me marqua. Kollov vint seul me remercier de mon aide à la fin de la cérémonie. Je n’osai pas alors lui demander plus d’explication, capable seulement de lui assurer de tout mon soutien. »
Père Orbal De Wardrar

Les porteurs d’eau sont une main d’œuvre utile en ville. Ils se promènent les jours de grande chaleur et vendent des verres d’eau aux passants. Au quotidien, les seaux servent à alimenter les auberges ou les commerces.

Autour de la fontaine aux trois grâces, les porteurs d’eau se sont regroupés autour d’un jeune homme, Kollov, ancien porteur d’eau lui-même. Ils protègent ses ouailles (une quinzaine de gamins des rues) avec sincérité. Parallèlement, les seaux des Grâces comme on les appelle dans les milieux bien informés, ont développé une seconde profession : ils récoltent ragots et rumeurs et les vérifient avant de les proposer à la vente. Ils peuvent servir de cousin à la garde de la ville ou informer d’une transaction un concurrent intéressé. Depuis peu, les Seaux proposent un nouveau service : ils sont des messagers discrets et rapides. Qui se méfierait d’un garçon crasseux qui ne doit sa présence qu’à son seau remplit d’eau fraiche…

« Je me souviens de Marie, une brave fille venue d’Agramor avec la tête pleine des rêves. Elle s’est fait engrosser par Monsieur au bout de deux mois. Dès que ça s’est vu, Madame a indiqué la porte à Marie. Je l’ai trouvé en train de pleurer dans la chapelle du père Orbal. Elle ne voulait pas retourner chez ses parents, encore moins avec un p’tiot. Alors je l’ai envoyé à la Colombe. La guilde des ménestrels lui a trouvé un emploi. J’ai revu son petit il y a quelques mois : il jongle drôlement bien ! »
La vieille Odile

Le lavoir est situé une trentaine de mètres plus bas. Le trop plein de la fontaine s’écoule jusqu’à lui à travers des conduites de plomb et sert à toutes les bonnes du quartier employées dans des maisons dépourvues d’une telle installation. C’est donc aussi un lieu de sociabilité où l’on peut apprendre toute sorte de choses sur la vie intime d’un certain nombre de notables. On y trouve la jeune et innocente Lydie (en fait une courtisane en formation) ou la brave Joséphine.

Mais le personnage le plus remarquable est sans aucun doute la vieille Odile. Sous ses airs sévères et sa dureté se cache en vérité une mère protectrice qui en a vu de toutes les couleurs. Elle sait ce que risquent les jeunes et jolies filles du lavoir. Elle en a vu se faire briser. Elle sait comment on les traite parfois. Et un observateur attentif remarquera le respect que toutes les filles ont envers elle malgré les moqueries qui souvent la visent. Toutes savent qu’elles pourront se tourner vers Odile en cas de problème.

« L’eau ? Demande à un prêtre du poisson… »
Filebur D’Artimon, tenancier de l’auberge de la Fontaine.

D’où vient l’eau ? Voila une question que peu se pose à Laelith. Pourtant sa réponse n’est pas dénuée d’intérêt. A l’époque de la cité antique, un réseau d’aqueducs alimentait la ville. Mais depuis le châtiment et l’inclinaison du plateau, un tel système est devenu inadéquat. Aussi les grandes citernes de l’époque de Tanith-Lenath restaient vides. On y ajouta alors une porte magique éternelle qui les reliait à un cours d’eau clair au débit important. L’entretien de ses portes magiques est confié secrètement aux éminents membres du Pic des mages. Si cela ne leur apporte guère de revenu, le contrôle stratégique de ses citernes apporte bien du pouvoir et de l’influence aux mages qui possèdent une telle charge. Ainsi se remplissent les cuves actuellement utilisées. On a peu à peu oublié la localisation de certains cours d’eau. S’il venait à s’assécher, cela ne serait pas sans conséquence.
TomLG
Niv 13 - Fléau des vampires
Niv 13 - Fléau des vampires
Posts: 538
Joined: Fri Aug 14, 2015 9:51 pm
Location: Saint saens

Re: La fontaine aux trois Grâces

Post by TomLG »

Ça, c'est de moi.