Le pétrificateur de cœurs

Forum sur le concours du Gobelin d'Or 2018 (synopsis d'aventure)
User avatar
Troll Traya
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Posts: 21
Joined: Wed Jun 27, 2018 9:50 pm

Le pétrificateur de cœurs

Post by Troll Traya »

L’aventure commence in media res alors que le groupe est occupé à repousser une escouade de kobolds en plein milieu de ce qui semble être un temple abandonné. Les choses semblent se compliquer pour les PJs alors que chaque kobolds tombés, deux autres le remplacent quand un magicien qui accompagne les PJs finit d’incanter un puissant sort de foudre qui élimine de nombreux adversaires et brise leur formation. Les rescapés s’enfuient en hurlant, et le magicien, qui se révèle être l’employeur des aventuriers leur ordonne de reprendre leur souffle, afin que la progression puisse reprendre de plus belle.

Les PJs se souviennent alors de leur rencontre avec leur mystérieux et charismatique employeur, Orvus Delisle, qui s’est déroulée au sein de la calme et studieuse bibliothèque d’une université enseignant la magie. Ce magicien cherchait des aventuriers capables d’être ses gardes du corps lors d’une expédition visant à retrouver un artefact ancien d’une grande valeur, dont les légendes lui prêteraient des vertus curatives supérieures même à ce qu’accompli la magie divine. Leur employeur leur propose de les payer grassement, précisant qu’il faudra sans doute des années de recherches ultérieures avant de pouvoir utiliser l’artéfact à son plein potentiel. Des PJs suspicieux pourraient alors tenter d’en savoir plus, et s’ils posent les bonnes questions et réussissent les bons tests se rendre compte que si leur employeur est très docte en matière d’Histoire et de Légendes, il semble parfois commettre de très grosses erreurs… A moins qu’il ne cherche à sciemment à cacher certaines vérités. Confronté à ce sujet, Orvus félicitera les PJs quant à leur érudition, mais déclarera qu’il n’a pas menti, mais juste fait de nouvelles découvertes qui contredisent les dogmes de ses confrères, ces même découvertes qui lui ont permis de localiser des ruines encore inexplorées, ou se trouverait cet artefact.

Retour au temps présent alors que les aventuriers doivent sans doute passer une petite partie de leur pause à fouiller les cadavres des kobolds… Mais l’un d’eux, leur chaman, n’est pas aussi mort que le pensaient les aventuriers : attrapant la jambe d’un des PJs, il récite une prière en draconique avant que quiconque n’ait le temps de réagir. Un vent glacial glisse sur les aventuriers, avant que le PJ ne soit lâché par le kobold, prêt à rendre son dernier souffle. Ce dernier prononce quelques paroles avant de quitter ce monde si les PJs le laisse faire, dans un patois draconique dur à décrypter, ou un test d’intelligence réussi permettra d’en comprendre quelques mots comme « voir » « destin » et « funeste ».

Après cela, la visite des ruines continue, et l’arrivée dans la salle suivante ravi autant qu’elle terrifie leur employeur : un gigantesque golem de pierre s’active et attaque le groupe, alors qu’Orvus hurle aux aventuriers de s’en tenir à la stratégie qu’ils ont convenus plus tôt. Nouveau flash-back : dans ce qui semble être le bureau et le laboratoire d’Orvus, ce dernier leur parle du gardien de l’artefact, une créature de nature inconnue, mais que l’on pourrait contrôler à partir d’une relique qu’il a découvert lors d’une précédente fouille. Le problème étant qu’il faudra du temps pour mettre la créature sous l’emprise de la relique : deux tours pour lier la créature à la relique, puis deux autres pour que les ordres soient pris en compte. Certes Orvus déclare qu’une fois la créature lié à la relique, il suffirait de détruire la relique pour la créature s’autodétruise, mais il craint fort que la déflagration résultante soit fatale à tout le groupe, ou détruise la totalité des ruines. Il s’agit là d’une information dont les PJs voudront peut-être se souvenir à la fin du scénario…

Retour au temps présent encore une fois, et les PJs devront survivre aux assauts du golem et détourner son attention d’Orvus pendant que ce dernier utilise la relique pour prendre le contrôle du monstre. S’ils y parviennent, la relique finit par se mettre à fumer alors que le golem cesse toute action offensive, puis s’affaisse sur le sol. Orvus rentre précautionnèrent la relique dans un sac, précisant qu’il ne faudrait pas qu’elle se brise : elle a beau être devenue inutilisable, il se pourrait bien qu’elle soit encore liée au golem…

Le groupe progresse encore, et débouche dans la salle abandonnée ou l’artefact, une amulette de jade, se trouve présentée sur piédestal, alors que de nombreuses écritures à demi effacées recouvrent les murs aux alentours. Pourtant, Orvus ne perds pas de temps : il avance vers le piédestal tout en intimant aux aventuriers de reculer, prétextant qu’il doit s’assurer qu’aucun piège magique n’a été lancé ici. Les PJs disposent alors d’un peu de temps pour eux, et peuvent alors s’intéresser aux écritures sur les murs par exemple, ou un test d’Histoire permettra de comprendre qu’il s’agit d’une liste de nom de guerriers s’étant sacrifiés pour la nation. La langue est ancienne et archaïque, il est difficile d’en saisir plus, sinon que ces écritures ont été taillée dans la roche à des périodes différentes et la plus récente contiendrait… Un avertissement ?
C’est alors qu’Orvus hurle de triomphe et s’empare de l’amulette, et qu’un flash éblouissant force tous les PJs à ferme les yeux. Quand ils les ouvrent de nouveau, les PJs se trouvent seuls dans la chambre de l’artefact. Orvus n’est pas là, pas plus que l’amulette. En prenant le temps de regarder autour d’eux, les PJs découvriront des choses qui n’étaient pas là auparavant, ils en sont certains : des tâches de sang fraîches, des traces de coups d’épée sur les murs, etc…

Les PJs se décideront soit à se mettre la recherche de leur employeur, soit de quitter les ruines, mais après avoir traversé quelques pièces, ils se feront attaquer par d’autres kobolds, très différents de ceux qu’ils ont affrontés précédemment : alors que les premiers vociféraient, parlaient entre eux dans leur langage et éprouvaient de la peur quand le combat tournait à leur désavantage, pas ceux-là : muets, insensibles, ils se battront jusqu’à la mort sans le moindre signe d’hésitation. Détail intéressant, ils ne cherchent pas à tuer les PJs, mais plutôt à les soumettre, à les capturer. Suivre la trace de ce commando est la seule piste concernant la disparition de leur employeur, d’autant qu’un test de survie réussi indique que les seules traces de pas humaines récentes se dirigent vers la direction d’où venaient les kobolds. Les PJs finiront par déboucher dans un village construit à même les ruines, ou ils assisteront à une scène qui devrait les estomaquer :
Leur employeur Orvus occupe un trône de bois au centre village, et des kobolds sans émotion lui amène d’autres membres de leurs races qui se débattent de toutes leurs forces… Tout du moins jusqu’à qu’Orvus les touche, et ils deviennent alors aussi soumis que les autres. Mais les kobolds ne sont pas les seuls séides privés de libre arbitre, il y’a aussi des aventuriers… mais ce sont les PJs ! Les aventuriers constatent avec stupeur qu’ils se trouvent parmi les esclaves d’Orvus, ou tout du moins leurs doubles.
Inévitablement, les PJs se font alors repérés, et ils ont le choix entre combattre et fuir. Si jamais ils combattent et que les PJs tuent un de leur double, il ne se passe rien de spécial, mais si jamais un PJ se fait tuer lors d’une tentative de soumission, alors son double disparait instantanément, comme s’il n’avait jamais existé.
Les adversaires seront toutefois trop nombreux, et les PJs se verront rapidement submergés, mais une jeune kobold non lobotomisée les aidera à fuir, ou les retrouvera puis les guidera jusqu’à un lieu sûr s’ils ont déjà fuis. Une fois en sécurité, la kobold qui a appris le langage commun se présentera comme l’apprentie du chaman du village –celui-là même que les PJs ont vaincus depuis le début de l’aventure.-. Elle leur apprendra qu’un terrible magicien a mis la main sur un artefact très dangereux, le Pétrificateur de Cœurs, qui autrefois servait un but louable, permettre aux guerriers qui se sacrifiaient à l’artefact de se battre sans peur ni autre émotion pour sauver leur peuple de ses ennemis. Mais entre de mauvaises mains, l’artefact devient un instrument de domination en privant les gens de libre arbitre, et c’est précisément ce qu’Orvus fait.

En écoutant l’histoire des PJs s’ils essaient de comprendre ce qu’il leur arrive, la kobold les aide à comprendre qu’ils subissent la malédiction lancé par le chamane kobold, qui transporte physiquement ses victimes dans le futur pour qu’elle se désespèrent de voir que leur héritage s’effondre après leur mort. La kobold n’a pas le temps d’en vouloir aux PJs pour le décès de son maître, et leur indique s’ils ne l’ont pas compris que cette malédiction est cette fois une chance unique : ils ne vont pas tarder à retourner dans le présent, et pourront empêcher le futur terrible qu’ils ont expérimenté d’arriver. Et ce retour dans le présent se fait dans le chaos, car il se produit alors que les forces d’Orvus les ont retrouvés.

De retour dans le présent, les PJs voient Orvus s’affaisser après avoir mis l’amulette autours de son cou, et ce dernier demande alors de l’aide. Il s’agit d’un piège, Orvus asservissant désormais tous ceux qu’il touche, mais les PJs sont prévenus désormais et peuvent empêcher le futur qu’ils ont observé de se réaliser. Il leur faudra donc vaincre Orvus sans que ce dernier les touche, et ce malgré ses résistances aux dégâts et à la magie. Nul doute que les PJs auront nombre d’idées pour ça, mais les plus malins d’entre eux se souviendront qu’Orvus porte toujours dans son sac la relique contrôlant le golem. Il suffira d’arriver à la dérober ou à faire tomber le mage de telle sorte pour que la relique se brise pour faire exploser le golem, ce qui tuera Orvus s’il se trouve à côté, ou le fera se faire écraser par les ruines qui s’effondre, alors que les PJs courent pour leur vie, afin de sortir du temple avant d’être engloutis eux aussi.
User avatar
boblebuter
Niv 17 - Pulvérisateur de liches
Niv 17 - Pulvérisateur de liches
Posts: 1675
Joined: Fri Jul 11, 2014 10:41 pm
Location: France

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by boblebuter »

Mon 3 points :ok: :ok: :ok:
Franchement une bonne idée cette aventure, originale et pas trop complexe à mettre en oeuvre non plus, ça a été un vrai plaisir de la lire. Pour moi rien à redire.
User avatar
Troll Traya
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Posts: 21
Joined: Wed Jun 27, 2018 9:50 pm

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by Troll Traya »

Ma contribution (et pour dire mon vote 1 points).
Pour être honnête, je ne l'ai pas vraiment travaillé et l'ai rédigé en deux heures un samedi après-midi ou j'avais un peu de temps libre. Et pour être encore plus honnête, c'est sans doute la moins bonne idée de scénar que j'ai eu en août 2018... Mais voilà, allez savoir pourquoi, j'étais focalisé sur la création d'un synopsis d'un simple scénario, et toutes les autres idées que j'avais étaient clairement des idées de campagnes, pas de simple scénar one-shot... d'ou le fait que j'ai écris cette histoire, presque à contre-cœur, vu que je la jugeais moins intéressante. mais j'ai quand même pris plaisir à l'écrire, et c’est le principal^^

Edit : merci pour le compliment :D
User avatar
blueace
Admin
Admin
Posts: 2296
Joined: Fri Feb 21, 2014 1:41 am
Location: Mexico DF

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by blueace »

Ayant voté en 1er pour mon texte les yeux fermés, je n'avais que 2 votes objectifs.

Ce synopsis a eu ma 1ère place objective. J'ai adoré le jeu avec le temps passé et présent. Bonne idée et bien écrit pour moi. Bravo.
User avatar
Troll Traya
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Posts: 21
Joined: Wed Jun 27, 2018 9:50 pm

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by Troll Traya »

Le seul gros problème de ma contribution est tout de même qu'elle est très linéaire. C'est ce qui à fait que je n'ai pas voté pour elle pour mes deux premiers votes.
User avatar
Arnaud
Niv 20 - Démolisseur de tarrasques
Niv 20 - Démolisseur de tarrasques
Posts: 3930
Joined: Sun Jul 13, 2014 10:09 am
Location: Val-de-Marne, France

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by Arnaud »

Je n'ai pas mis de point ici parce que j'ai trouvé qu'un kobold capable de lancer un sort surpuissant mais qui mourrait perdu au milieu des FP1/4, ça ressemblait trop à du "c'était prévu comme ça dans le scénario, un point c'est tout". Et puis, le mage qui trahit et qui veut devenir le maître du monde, ça ne me surprend plus vraiment. Et là, ça montre bien que chacun vote très différemment selon son expérience de jeu, parce que j'imagine que tout le monde n'a pas enchaîné comme moi les scénarios où le donneur d'ordre était forcément le grand vilain final :mdr: (j'en étais arrivé à cuisiner tous les donneurs de quêtes quand j'étais joueur, et inversement en tant que MJ)
User avatar
Troll Traya
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Posts: 21
Joined: Wed Jun 27, 2018 9:50 pm

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by Troll Traya »

je conviens que le thème du "commanditaire/antagoniste" était très classique^^ -mais moins à D&D qu'à Shadowrun quand même^^-, mais j'ai toujours aimé mélanger du classicisme à des choses moins orthodoxes, ce qui fait que ça reste une question de goût au final.
Par contre, je dis non au "mage surpuissant perdu parmi les des FP 1/4" : je n'ai pas précisé le niveau qu'on atteint ces kobolds à dessein -ils sont peut-être niveau 10 ou plus, qui sait^^- pour le MJ puisse l'adapter à son envie/le niveau de ses PJs, le seul impératif étant -que j'ai oublié d'écrire^^- qu'ils restent tout de même inférieur aux PJs sauf le chaman.
User avatar
Gorthaur
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Niv 4 - Hacheur de gobelours
Posts: 21
Joined: Thu Aug 03, 2017 3:42 pm
Location: Nice, France

Re: Le pétrificateur de cœurs

Post by Gorthaur »

Parmi mes préférés, un peu touffu pour la lecture mais idée vraiment sympa.

Moi j'ai recherché plus l'inspiration en gros le fond plus que la forme. Il y a vraiment matière à développement. Vraiment bien. Bravo !